[come_together]: Jeudi 05.03.2015 15h, Berlin : Manifestation contre le durcissement du droit d’asile

Pas de durcissement des lois sur le droit de séjour!

Manifestation

Jeudi 5 Mars 2015 à 15h

Derrière Brandenburger Tor (Platz des 18. März)

Une première lecture de la proposition de loi intitulée « A propos de la
redéfinition du droit de séjour et de l’interdiction de séjour » aura lieu au parlement, le 6 Mars. Cependant, il est difficile de parler encore d’un « droit de séjour ». Cette loi prévoit de graves répressions pour les personnes sous Duldung et celles impliquées dans une procédure Dublin:

  •  Emprisonnement
  • Interdiction d’entrée sur le territoire
  • Interdiction de travail

Pendant que les manifestations Pegida se propagent dans toute
l’Allemagne, en promulguant cette loi, le Parlement vient justement
satisfaire leurs revendications. Tout d’abord, cette loi criminalise les
réfugié(e)s. Tou(te)s les réfugié(e)s pour lesquel(le)s est constaté un
« danger de fuite » peuvent être incarcéré(e)s. Cela concerne tou(te)s les
réfugié(e)s dans une procédure Dublin, tou(te)s ceux/celles qui sont
arrivé(e)s en Allemagne sans visa, tou(te)s ceux/celles qui possèdent de
faux papiers d’identité ou pas de papiers du tout, et également tou(te)s
ceux/celles qui refusent de collaborer à leur identification.
Malheureusement, une identité indéterminée reste pour beaucoup la seule
protection valable contre l’expulsion.

Un autre moyen de répression consiste à étendre l’interdiction d’entrée
sur le territoire. Les personnes qui n’auront plus le droit de pénétrer
le territoire allemand sont:

  • les personnes qui n’ont pas quitté le territoire dans le temps imparti
  •  c’est-à-dire toutes
  • les personnes sous le régime de Duldung
  • les personnes qui « ont pénétré le territoire allemand pour obtenir des aides sociales »

Par là, ils entendent tou(te)s les réfugié(e)s dans une procédure
Dublin, tou(te)s ceux/celles qui ont été reconnu(e)s comme nécessitant
une assistance par un autre Etat européen. L’entrée sur le territoire
sera également refusée aux personnes dont les motifs déposés pour la
demande d’asile ne sont pas considérés comme « vrais ». Rien qu’en
comptant les personnes en procédure Dublin, un tiers des
demandeurs/demandeuses d’asile sont concerné(e)s. De nombreux Etats sont
déclarés « sûrs » et l’on reproche souvent aux réfugié(e)s de ne pas avoir
de raisons « valables » de fuir leur pays. Leur demande d’asile est alors
refusée, sous prétexte d’être « manifestement infondée ».

Pour eux/elles la vie sera encore plus dure. En plus des réglementations
existantes, comme le « Lagerpflicht » (obligation de vivre dans un foyer)
et la « Asylbewerberleistungsgesetz » (loi sur l’attribution d’allocations
sociales), une interdiction générale de travailler leur sera imposée.
L’engagement politique des réfugié(e)s sera indirectement assimilé à un
« délit ». Tous deux pourront servir de prétexte à une expulsion. En
conséquence, cela pourrait mener à une interdiction de participer à des
activités politiques pour les réfugié(e)s ayant reçu un rejet de leur
demande d’asile.

Pour résumer, on peut dire que cette loi donne des justifications au
refus d’attribuer le droit de séjour aux réfugié(e)s qui arriveront
prochainement en Allemagne. Une augmentation du nombre d’expulsions sera
également prévisible. Le droit fondamental à l’asile, ainsi que le droit
à un accès « juste » à l’asile seront définitivement abolis. Les
réfugié(e)s sont déjà criminalisés par le seul fait d’être entré sur le
territoire. On leur refuse toute chance de poser une demande dans des
conditions « acceptables ». L’interdiction factuelle de participer à des
actions politiques, imposée aux réfugié(e)s, est uneattaque menée à
l’encontre de toutes les personnes engagées politiquement en Allemagne.
Par là, c’est le droit à la liberté d’expression ainsi que le droit de
s’engager politiquement qui sont remis en question, même si ce sont les
réfugié(e)s qui sont spécifiquement visé(e)s ici. L’absurdité de cette
loi est claire si l’on se penche sur la formulation « danger de fuite »,
utilisée comme argument pour placer les réfugié(e)s en détention avant
leur expulsion/reconduite à la frontière. Parler de « danger de fuite »
pour des réfugié(e)s, c’est bien la plus grande hypocrisie que cette
soit-disante loi sur l’asile puisse se permettre.

Ainsi, nous appelons tout le monde à résister contre cette loi de
non-droit à l’asile.

Pas de durcissement du droit d’asile!

Pour une politique d’asile
respectueuse de l’être humain!

Finissons-en avec les interdictions de travail, les interdictions d’entrer sur le territoire, les centres de rétention et tous les instruments de l’arsenal de l’expulsion!

Pour la régularisation des personnes sous Duldung depuis des années!

Sans exception et pour toutes et tous!

Plus d’informations sur:

stopasyllaw.blogsport.eu

migrationsgesetze.info

corasol.blogsport.de

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s