Archives de Catégorie: Conférence Africaine

Sa 28.02.2015 16H: Programme de la « Conférence Africaine: 130 ans de berlinisation d’un continent et pratique du crime »

À partir de 16 h a lieu au theatre de la « Volksbühne » un programme sous le titre « La Conférence Africaine: 130 ans de berlinisation d’un continent et pratique du crime ». Il y aura des exposés, discussions installations, performances, films, poetry slam et concert ainsi qu’une cuisine pour tous (Entrée: 11-13€)

Traduction du PROGRAMME (certains évenements en francais):

Hall des caisses / foyer du parquet / Foyer de l’étoile

15.00 – 24.00
à partir de 15.00 Sculpture: de Philip Metz „Le héros invisible“ devant le portail de la Volksbühne et Installation: de Philip Metz „Adler Afrika/Bodycount“ dans le hall des caisses

à partir de 15.00

Filmloop: Reéalisé par Martin Baer „Liberez l’Afrique!“ dans le foyer du parquet

à partir de 16.00

CUISINE CAMEROUNAISE entre autre. „Mafé“ „Alokos“ „Makalas“ dans le foyer de l’étoile, préparé par Marilou Eken

19.15

Film: Philip Metz « Basse saison » sur le moniteur du hall des caisses

Grande Maison:

16.00: Discours de bienvenue de Sebastian Kaiser, Bernard Akoi-Jackson et Kwesi Aikins.

16.15 Exposé: Prince Kum’ a Ndumbe III. « Conférence berlinoise de 1884: début et continuité du crime? fondements d’une vision du monde et la mise en danger violente de la survie de l’être humain au 21ème siècle » (en allemand)

16.45 Exposé: Rosa Amelia Plumelle-Uribe « de l’extermination des non-blancs à l’extermination des non-ariens » (en francais avec traduction simultanée)

17.15 Presentation de Nikolaj Cyon „Alkebu-lan 1260 AH“

17.30 débat publique avec: Prince Kum‘ a Ndumbe III., Rosa Amelia Plumelle-Uribe, Ramata Sore, Jürgen Zimmerer. Moderation: Kwesi Aikins „Dé|Berlinisation et De|Colonisation de l’Afrique et de l’Europe dans la métropole coloniale de Berlin. (Allemand et Francais avec traduction simultanée).

19.15 Visionnage de Film : Réalisation de Andrew Botelle „Waterberg to Waterberg – In the Footsteps of Samuel Maharero“ (62min)

20.30 Spoken Word avec: Zoe Hagen, Sulaiman Masomi, Fatima Moumouni, Wanjiku Mwaurah, Benedict Koyo Quaye alias Sir Black, Temye Tesfu. Moderation: Wolf Hogekamp et Julian Heun „un show de poetry slam africain et allemand »

22.00 concert: FOKN Bois feat. DJ Kit-Kat

Arrière scène:

16.15 Film: Réalisation de Jean Marie Téno „le malentendu colonial“ (75min)

17:45 Film: Réalisation de Martin Baer „Chasse de Tete“ (44min); suivi d’un débat avec le réalisateur.

19.00 Performance: de Bernard Akoi-Jackson “Walking[s], Staging[s] [an] eventual Sharing[s]”

19.45 Première du film: réalisation de Laza Razanajatovo „Fasa“ en présence du réalisateur

20.15 Film: Réalisation de Göran Hugo Olsson „Concerning Violence“ (85min)

3ème étage: Installation

16.00 / 18.00 / 20.00 installation de films de Markus Öhrn „Bergman en Uganda“

Salon rouge

19.00 Forum de la marche de commémoration: les nouveaux chemins du combat contre le néocolonialisme et le racisme contre les personnes noires en Allemagne.
avec: Hamado Dipama, Jean Michel Bollo, Mboro Mnyaka Sururu, Jamie Schearer, Marianne Balle Moudoumbou. Introduction: Moctar Kamara, Moderation: Aissa Halidou

22.00 Performance: de Christian Etongo “After Tears”

23.30 Party avec DJ´s der FOKN Bois

avec entre autres: Kwesi Aikins, Bernard Akoi-Jackson, Martin Baer, Andrew Botelle, Nikolaj Cyon, Christian Etongo, FOKN Bois feat. DJ Kit-Kat, Zoe Hagen, Julian Heun, Wolf Hogekamp, Sulaiman Masomi, Philip Metz, Fatima Moumouni, Wanjiku Mwaurah, Prince Kum´a Ndumbe III., Markus Öhrn, Göran Hugo Olsson, Rosa Amelia Plumelle-Uribe, Benedict Koyo Quaye alias Sir Black, Laza Razanajatovo, Ramata Sore, Temye Tesfu, Jürgen Zimmerer

Publicités

[Freedom Not Frontex – Marche pour la Liberté 2014] Déclaration de Geraud

MG_8298_Geraud

“Je m’appelle Geraud,

Discuter sur les sujets politiques, économiques et sociaux-culturels qui font l’actualité croustillante dans les relations des pays d’Afrique et des pays de l’Europe est pour moi un sujet très bouleversant et profondément émouvant.

À écouter tous ces témoignages de survivants de ce système, il est très facile de démontrer que l’Europe est cruelle. Êtant une machine de déportation elle devrait plutôt avoir honte au lieu de se vanter de sa mondialisation et de ses industries. À y regarder de plus près dans les analyses, le cas de l’Allemagne attire mon intention. Elle fait semblant d’avoir rompu avec ses vieilles habitudes cependant il est clair que les même gênes coulent dans les veines de ces dirigeants. Une étude graphique montre que le système allemand est une machine à tuer de réfugiées plus que d’autres pays de l’Europe. Mon expérience personnelle montre qu’être réfugié en Allemagne c’est frôler soit la folie, soit la mort. Actuellement pour moi il est l’heure de se dire ces vérités et les dirigeants européens devraient plus prendre conscience des situations sanguinaire des pays d’Afrique et du tiers-monde car si des réfugiées quittent l’Afrique c’est à cause de la main sale des politiques européenne qui sont présents dans presque toutes les institutions africaines. Les politiciens africains sont des marionnettes au pouvoir qui font le bon vouloir de l’Europe en échange d’une protection militaire à long terme sous prétexte que les grands poissons mangent les petits poissons.

L’Europe se veut le professeur de la Démocratie, alors il est temps d’assumer ses responsabilités. Dans presque 16 pays d’Afrique se font actuellement des guerres civiles, mal médiatisées, cependant il n y a pas un seul pays industrialisé en Afrique qui fabrique des armes, sans licence européenne. Des armes pour le monde qui sont utilisées dans des guerres en Afrique sont fabriquées par des européens et en particulier par les allemands dans la société Heckler & Koch et Fritz Werner. Ces armes sont en circulation et elles sont utilisées pour bafouer les droits de l’homme. Comment est-ce que ces armes ont fait pour se trouver dans les mains des rebelles et les mains de la politique, alors que ils sont dans une situation en proie à la guerre?

Ensuite mon analyse va vers les matières premières telles que l’or, le pétrole et le cacao. L’Europe sait que l’avenir économique du monde repose sur les mers et sur les océans à travers le transport des matières premières. Pour le cas du cacao, plus que la moitié du cacao du monde est consommé par des européens et nous savons très bien que la grande partie de ce cacao vient de la Côte d’Ivoire. Pour que cette matière première peut arriver en Europe des jeunes et des enfants sont trafiqués depuis le Mali pour la Cote d’Ivoire et sont exploités dans des champs de cacao. Alors il faut que les européens sachent que pour que les enfants puissent manger du chocolat il faut que d’autres enfants soient trafiqués et exploités en Esclavages y compris le travail des mineurs dans des champs de cacao. Pour moi, c’est une folie d’imaginer que les européens ont légalisé la bêtise.

Je prendrais un autre exemple qui est le gaspillage alimentaire. Plus de la moitié de la production alimentaire en Europe va dans la poubelle que ce soit dans l’industrie, dans la pêche, dans des supermarchés, et même dans nos frigos, nous gaspillons assez en oubliant qu’il y a des gens quelle que part qui meurt de faims. Pour des preuves vous n’avez que regarder des images récentes de la Somalie, des enfants avec des gros ventres et des mouches dans les yeux, résultat d’un demi-siècle de souffrance.

Je ne peux pas étaler tout l’objet de mon étude ici, mais les quelques points que j’ai cite en exemples suffisent à attirer l’attention du citoyen mal informé de l’Europe, des dirigeants, des institutions et même de l’ONU afin qu’ils sachent que le réfugié est le résultat de toutes ces mauvaises politiques menées vis à vis de l’Afrique et du tiers monde. Ils doivent prendre leurs responsabilités, ils doivent protéger les hommes avant de protéger les frontières car il s’agit de vies humaines. Ce sont des gens qui fuient l’insécurité pour aller ailleurs demander la sécurité. Ils doivent régulariser tous les sans papiers et tous les réfugiées sans délais. Leurs donner le droit du travail, a la santé et à l’intégrité. Car personne est illégal, les frontières ne sont et restent qu’imaginaire, depuis le partage de l’Afrique en 1885 à la conférence de Berlin. Vous erreurs vous rattrapent toujours. Actuellement en rapport avec cette marche pour la liberté le message que je veux passer c’est le fait que nous les survivants nous ne permettons plus jamais qu’une telle atrocité puisse se refaire. Je parle des gens qui ont souffer, qui ont été brutalisé et qui sont morts. Pour moi m’exprimer ici c’est comme de faire un témoignage de la mort pour la vie.

Vive la liberté.”

http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/category/statements/page/2/